Accueil > Actualités > Journée de l’Enfant Africain : Tous contre le mariage précoce et (...)

Journée de l’Enfant Africain : Tous contre le mariage précoce et forcé

vendredi 19 juin 2015

« Vingt-cinq ans après l’adoption de la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant : accélérons nos efforts pour éliminer les mariages des enfants en Afrique ». C’est sous ce thème qu’est célébrée la Journée de l’Enfant africain ce 18 juin 2015 dans la commune de Ouagadougou. Ils étaient des centaines, ces gamins qui ont pris d’assaut le Palais de la culture Jean Pierre Guingané pour célébrer l’événement.

« L’humanité se doit de donner à l’enfant le meilleur d’elle-même ». Voici ce qui est dans le préambule de la déclaration des droits de l’enfant de 1959. Mais près de quatre décennies après le bain de sang de Soweto en Afrique du Sud, et 25 ans après l’adoption de la charte africaine des droits de l’enfant, les violations persistent. Traite, viol, excision, mariage forcé sont légions sur le continent malgré les actions entreprises par les Etats pour protéger la vie de ceux sur qui repose l’avenir de la planète. A Ouagadougou, la journée de l’enfant africain (JEA) a été célébrée par les autorités de la commune avec à leur tête le président de la délégation spéciale, Damien Gampiné.

Comme on pouvait s’y attendre, le brouhaha régnait en maitre dans la salle de spectacle du palais de la culture. C’est normal, les enfants sont à l’honneur et leur« protection nous incombe », rappelle Justine Sangaré, présidente de la délégation spéciale de l’arrondissement 06. Pour elle, la célébration de la JEA ne doit pas être « une cérémonie de luxe », mais un temps de réflexion sur le fléau du mariage forcé et précoce, qui est à l’origine des abandons scolaires. Le phénomène doit donc être éradiqué de toute la surface du pays des hommes intègres car les séquelles qui en découlent sont souvent irréversibles. Et le souhait de la petite Roxane Kaboré, élève en classe de 6e, c’est le changement de mentalité. Au nom de ses camarades elle a remercié les premiers responsables de la commune pour leur générosité à leur égard.
En effet, au nombre de 260 et repartis sur six sites, les enfants ont consacré leur jeudi de la semaine à des activités socio-éducatives parmi lesquelles, le chant, la poésie, la peinture, la décoration, le sketch… Toutes ces activités ont été réalisées grâce à la direction du développement social et la direction de la promotion de l’éducation. Du talent, les enfants en ont. Ils l’ont exprimé à travers un sketch sur le mariage forcé et un récital intitulé « la dernière prière des innocents ». Afin d’apporter une touche particulière à la cérémonie, l’humoriste « Son Excellence » Gérard Ouédraogo a été sollicité. De même, les rythmes endiablés de la troupe Wassénémide Flatié Dembélé ont été bien appréciés des enfants.

Herman Frédéric BASSOLE
Photos : Bonaventure PARE
Lefaso.net

  • Poster un message :
  • modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vidėo de la semaine

Portrait

Burkina/Consommer local : A la rencontre d’Aminata Kabré, la reine des infusions 100% naturelles

Produire des infusions à base de plantes locales, c’est la passion d’Aminata Kabré, promotrice de Voxell-Group. A l’occasion du « mois du consommer (...)


LeFaso.net © 2003-2014 Yenenga ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés