Accueil > Sécret de Femme > Reconquête de son époux : quand les fétiches s’en mêlent !

Reconquête de son époux : quand les fétiches s’en mêlent !

lundi 26 septembre 2016

Ce que vous allez lire n’est pas un fait divers. Non ! C’est une vraie histoire, que dis-je, c’est une histoire vraie. C’est l’histoire d’une dame, une triste histoire. L’histoire d’une dame qui, au moment où vous prenez connaissance de ceci, est congédiée de son foyer, et pour cause : lisez plutôt !

Ce matin-là, quand je l’ai reçue, elle avait le visage tristement chiffonné et elle a eu toutes les peines pour me raconter sa mésaventure. Cette mésaventure, la voici :

Mariée depuis près de sept ans, elle dit avoir remarqué ces derniers temps qu’il y’avait du froid dans sa relation conjugale. En effet, son homme de mari a commencé à rentrer tard à la maison et ne voulait pas qu’elle lui fasse la moindre remarque pour cette conduite. Et pire encore, il répugnait les rapports sexuels. Elle a fini par se dire que sans nul doute, ce dernier devrait avoir une autre femme dehors qui le retenait et certainement qui lui soutirait aussi ses ressources financières. Lasse de supporter ce qu’elle a qualifié d’enfer, elle a pris la décision d’aller voir un féticheur. Cette idée lui a été mise dans la tête par une de ses amies à laquelle elle s’était confiée.

Elle ne tarda pas à retrouver le faiseur de miracles à qui elle a raconté ses déboires. Celui-ci, après l’avoir écouté religieusement, lui avait demandé ce qu’elle attendait de lui. La réponse ne souffrit d’aucun silence. Elle veut reconquérir son mari de sorte que ses sorties deviennent rares sinon même inexistantes.

Comme à ses habitudes, le féticheur lui avait répliqué qu’il est habitué à ce genre de situations et que jusque-là, toutes les femmes qui se sont ouvertes à lui, ont été satisfaites. Par son pouvoir magique, il a pu ramener leur mari à la maison et mieux, il les a attachés comme on attache un mouton à la maison.

Madame avait alors ri aux grands éclats, convaincue d’office qu’elle a tapé à la bonne porte. Si tôt dit, si tôt, on passe à la recette. Le féticheur ne demandait que deux, voire trois choses. Les poils des aisselles de Madame, ceux de sa parie intime et l’eau de bain qu’elle recueillerait après des rapports sexuels avec son mari. Marché conclu, elle n’avait que la somme de vingt mille francs à débourser. Petite somme pour les résultats promis : avoir son mari à domicile en tout temps.

Elle paya la note sur le champ et pris congé de « son bienfaiteur » du jour, non sans avoir promis de lui ramener le plus vite ce qu’il demandait. Et les jours passent. Pour ce qui est des poils, il n’y a eu aucun problème ; mais l’eau de bain après les rapports sexuels avec son mari…casse-tête chinois ! Et pour cause : son mari ne l’approchait plus. Elle a usé de toutes les astuces, mais rien n’y fit.

La voilà de retour chez le féticheur pour tout lui raconter. Et c’est là que les choses vont prendre une autre tournure. Ce dernier lui dit qu’en fait ce n’est pas obligé que ce soit son mari, mais avec n’importe quel homme et d’ajouter qu’elle a intérêt à faire vite par ce que d’après ses consultations, son mari finira par ne plus revenir à la maison. La bonne dame a soupiré et lui a demandé ce qu’elle pouvait faire. C’est la question que le féticheur attendait. Saisissant la balle au bond, il lui proposa de l’aider et qu’il était prêt à coucher avec elle si cela ne la gênait pas. La réponse est : « il n’y a pas de problème, puisque c’est pour mon bien…je suis d’accord ».

Et les deux passèrent à l’acte ce qui permit de réunir le nécessaire pour la potion magique qui clouerait son mari à domicile et pour de bon. Deux mois passèrent et le mari reste « mari buissonnier ». Mais il y’avait pire que cela : Madame est tombé en grossesse du féticheur pour la seule et unique fois qu’ils ont couché ensemble. Elle lui rapporta la chose, tout en larmes. Elle ne pouvait pas attribuer la grossesse à son mari puisque ce dernier l’avait « sevré » de tout rapport sexuel depuis belle lurette.

A deux, ils ont décidé de passer à l’avortement et c’est ce qui fut fait. Seulement, nous sommes en Afrique et pour bien de choses quand bien même on n’en parle pas, on en est quand même informé. C’est ce qui s’est passé et de bouche à oreille la chose est parvenue à l’époux qui, sans détour a posé la question à son épouse. Affirmatif ! a-t-elle répondu.

A partir de cette réponse et depuis ce jour, la bonne dame s’est retrouvée congédiée. Et depuis, c’est elle qui est dehors et son mari est dedans avec une autre épouse.

Moralité : « Toutes les propositions de solutions ne sont pas forcément des remèdes »

NB. Ce message est destiné particulièrement aux femmes en quête de solutions pour leurs problèmes conjugaux, comme pour leur dire que « tous les chemins ne mènent pas à Rome, certains peuvent constitur un boulevard pour l’enfer : la répudiation »

Rock Audacien D. DAMIBA
Conseiller Conjugal
Email : damibashalom@yahoo.fr

  • Poster un message :
  • modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vidėo de la semaine

Portrait

Alimata Sané, lauréate du premier prix catégorie lait à la JAAL 2016

Alimata Sané, une dame pétrie de talent et de savoir-faire. Celle-là même que nous avons rencontrée lors de la journée agro-alimentaire (JAAL) édition (...)


LeFaso.net © 2003-2014 Yenenga ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés