Accueil > Actualités > Mariage d’enfants et mutilations génitales féminines : Les communautés du Soum (...)

Mariage d’enfants et mutilations génitales féminines : Les communautés du Soum s’engagent pour son abandon

mardi 10 janvier 2017

L’ONG Mwangaza Action à travers son projet Sukaku, financé par le Fonds des nations unies pour l’enfance (UNICEF), a organisé une déclaration publique d’abandon du mariage d’enfants et des mutilations génitales féminines/ Excision (MGF/E) dans la province du Soum, région du Sahel. C’est la commune rurale de Arbinda qui a abrité cette activité le 23 décembre 2016.

Le projet « Construction de consensus social en faveur de l’élimination du mariage d’enfants et de l’excision dans la région du Sahel : Sukaku », a pour objectif de contribuer à la promotion et à la protection des droits de l’enfant. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Au plan national environ 51,9% des filles sont mariées avant l’âge de 18 ans. Ce taux est de 87,1% dans la région du Sahel (chez les garçons 16,9% et chez les filles 66,7%). Et pour ne rien arranger des choses, une étude commanditée par l’UNICEF en 2015, a révélé que 20% d’enfants se mariaient avant l’âge de 15 ans.

Conscient que ce fléau a la peau dure au pays des hommes intègres de manière générale et en particulier dans la région du Sahel, l’ONG Mwangaza a développé plusieurs stratégies pour atteindre les objectifs du projet. Il s’agit de la mise en place des espaces sûrs pour adolescentes et adolescents, où elles/ils peuvent se réunir périodiquement, échanger et obtenir des soutiens mutuels ou des informations sur diverses thématiques portant sur leurs droits. Aussi, la communication pour le changement social et de comportements au niveau communautaire pour repousser l’âge du mariage ou de l’union. Et faire un plaidoyer à l’endroit des décideurs communautaires (coutumiers et religieux) pour une évolution des normes sociales et pour plus d’actions en faveur de l’abandon du mariage des enfants et des MGF/E.

142 villages en ordre de bataille

Des stratégies qui ne réussiront qu’avec une implication franche et massive des différentes communautés bénéficiaires de ce projet. Publiquement, les composantes de la communauté de la province du Soum, tout comme celles de l’Oudalan, du Séno et du Yagha, se sont engagées à lutter pour l’abandon du mariage d’enfants et des MGF/E dans la région du Sahel. Un engagement que Brigitte Yameogo, Chargée du programme pour le projet Sukaku apprécie à sa juste valeur. Elle trouve qu’accepter prendre publiquement position est un acte courageux et responsable. « Dans les villages concernés par ces pratiques, la masse critique de personnes atteintes doit travailler afin que l’ensemble de la communauté soit convaincu de cette nécessité d’abandon du mariage d’enfants et l’excision », lance-t-elle.

Grace aux multiples actions conjuguées de sensibilisation entreprises depuis plusieurs années par le gouvernement, le Conseil national de lutte contre la pratique de l’excision, la société civile ainsi que les partenaires au développement, la tendance est à la baisse en ce qui concerne l’excision. De 36% en 1996, chez les filles de 0 à 10 ans, la prévalence a baissé et était à 13,3% en 2010 chez les filles de 0 à 14 ans. En 2016, le projet Sukaku a permis aux communautés de 142 villages de la région du Sahel de s’engager publiquement à appliquer des normes sociales positives pour le bien-être de tous.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

  • Poster un message :
  • modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vidėo de la semaine

Portrait

Alimata Sané, lauréate du premier prix catégorie lait à la JAAL 2016

Alimata Sané, une dame pétrie de talent et de savoir-faire. Celle-là même que nous avons rencontrée lors de la journée agro-alimentaire (JAAL) édition (...)


LeFaso.net © 2003-2014 Yenenga ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés